Examen du Blu-ray SANCTUM

Examen du Blu-ray SANCTUM. Réalisé par Alister Grierson et produit par James Cameron, SANCTUM met en vedette Rhys Wakefield. Collider examine le Blu-ray SANCTUM.

Le cover-box pour Alister Grierson's Sanctuaire claironne l'implication de James Cameron, le passionné de 3D qui a changé la donne il y a quelques années avec Avatar . Tenant la boîte de couverture entre vos mains, vous pourriez être enclin à croire que Sanctuaire a été réalisé par Cameron - cela semble être l'implication (ou, à tout le moins, ce serait pour le type de personnes qui louent Transmorpheurs pensant qu'ils obtiennent Transformateurs )-- mais une petite lecture attentive révèle que Cameron n'a produit le film qu'en exécutif. Vous le saviez, bien sûr, et je le savais, mais qu'en est-il de tous les idiots qui penseront Sanctuaire est le dernier film de Cameron ? Ils vont avoir quelques surprises très désagréables. Lisez la suite pour notre examen Blu-ray de Sanctuaire , après le saut.



daniel jour lewis il y aura du sang

Sanctuaire a fait beaucoup de bruit sur lui-même lorsqu'il est arrivé dans les salles l'année dernière, claironnant l'implication de James Cameron (si vous avez sauté l'intro, il est le producteur exécutif) et le fait que le film a été tourné sous l'eau... et en 3D. La bande-annonce du film semblait impliquer que Sanctuaire combinerait la claustrophobie sous-marine de Cameron Les abysses avec l'affichage techno gee-whiz de Cameron dans Avatar pour créer un manège palpitant et plein d'action. Ou comme Sandie Newton de CBS-TV est citée (de façon embarrassante) sur la boîte de couverture, un film 'époustouflant et époustouflant'. Permettez-moi de dire ceci à tous ceux qui prennent au sérieux les boîtiers de couverture Blu-ray : si votre esprit est époustouflé par Sanctuaire , le problème réside dans votre esprit. C'est un film ennuyeux et fastidieux.

Les problèmes commencent presque immédiatement et semblent se multiplier au fur et à mesure que le film avance. Devrions-nous nous attaquer aux blasphèmes inutiles ? Notez que je dis cela en tant qu'homme qui larde généreusement ses conversations avec des mots commençant par la lettre «F». Sanctuaire contient quelques scènes où la violence se produit, mais rien de tout cela n'est macabre, rien de tout cela n'est ouvertement sanglant. Non, la cote R est là principalement à cause de la langue, et je ne vois aucune raison valable pour que Cameron – et le réalisateur Alister Grierson (et les scénaristes John Garvin et Andrew Wright) – l'aient inclus ici. Les studios ne sont-ils pas généralement connus pour éliminer les blasphèmes inutiles afin de mettre plus de culs dans des sièges avec une cote PG-13 ? C'est juste bizarre, et ça arrive presque immédiatement. J'aime entendre des personnages parler comme des gens que je connais parler dans la vraie vie – cela a tendance à me vendre davantage la réalité du film – mais ici, c'est juste … gênant, déplacé et cela ressemble à un défaut évident. Je veux dire, si vous deviez injecter dans le film quelque chose qui mérite d'être noté R, pourquoi ne pas inclure des plongeurs cavernes seins nus? Cela aurait sûrement été plus organique que les gens qui larguaient des bombes F partout.

Note latérale : Je n'arrive pas à croire que je viens de me plaindre de grossièretés dans un film (et pour tant de phrases ! Désolé, lecteurs).

Passons maintenant aux personnages : le film regorge d'inconnues relatives, avec Les quatre Fantastiques Ioan Gruffudd est le seul visage que vous pourriez reconnaître, et ils jouent tous des personnages à une note, peints par numéros. Il y a le riche homme d'affaires qui prend des risques et qui s'amuse en faisant des trucs dangereux comme grimper dans des grottes sous-marines. Il y a le fils arrogant avec une puce à l'épaule, et il est en désaccord avec le plongeur spéléo en chef... son père. Ce mec est tout en grognements, en expressions faciales escarpées et en mauvaise attitude, et si vous devinez qu'il va essayer de renouer avec son fils au cours du film (tout en apprenant que l'amour dur ne fonctionne pas toujours), vous ne gagnez pas prix.

Ensuite, il y a l'équipe de plongée, jouée par une équipe instantanément oubliable de personnages de base qui semblent arrachés à tout autre film 'personnes en mission'. Certains d'entre eux ressemblent à des extras d'arrière-plan qui ne sont pas apparus à l'écran pendant Les abysses . Le point ici est le suivant: les personnages sont ennuyeux, évidents et ne vous donneront aucune raison de vous en soucier pendant toute la durée du film.

Sur une note connexe, Sanctuaire L'intrigue de est similaire en chiffres : une équipe de plongeurs spéléologues traîne à l'intérieur du système de grottes le plus dangereux, le plus inexploré et le plus inquiétant au monde. Ils sont rapidement rejoints par le riche et son groupe, l'idée étant qu'ils traverseront le reste du système de grottes - qui, rappelez-vous, est jusqu'ici inexploré - et atteindront la gloire, l'autosatisfaction et certainement pas danger dans le processus. Comme il s'agit d'un film, vous savez déjà qu'ils vont rencontrer des problèmes. Je peux imaginer un film avec cette configuration qui joue bien, un film où l'histoire est réellement captivante et où les personnages valent la peine d'être foutus, mais Sanctuaire est-- comme vous l'avez peut-être deviné-- pas ce film.

liste des films dramatiques d'Amazon Prime

Vous verrez à peu près chaque battement de l'histoire à un kilomètre et dans les moments où Sanctuaire vous surprendra (disons, avec la mort d'un personnage, dont plusieurs surviennent au cours du film), vous ne se soucier à propos de la surprise. Vous allez simplement lever un sourcil, vérifier votre montre et vous demander pourquoi vous avez loué ou acheté ce film malgré ma critique très motivée qui vous dit de ne pas le faire. Vous n'aurez personne d'autre à blâmer que vous-même, et finalement la honte de cette décision détruira toute votre vie. La prochaine chose que vous savez, vous distribuez des handskis à la gare routière en échange de l'argent de l'essence. C'est une pente glissante, les gars.

Quoi qu'il en soit, j'imagine que Sanctuaire avait l'air très impressionnant sur un grand écran avec l'avantage de la 3D (dites ce que je veux du film, mais il n'a jamais l'air moins que magnifique, surtout sur Blu-ray), et je parie que - comme Avatar -- c'était vraiment la seule version du film qui valait la peine d'être vue. Le Avatar la comparaison est appropriée, et compte tenu de l'implication de Cameron ici, je ne me sentirai pas mal de le battre à mort au cours de ce paragraphe. Le fait est le suivant : Avatar n'était vraiment impressionnant que sur un écran à gros cul avec ces lunettes 3D infestées de germes attachées à votre tête. Avez-vous vu le film depuis ? Vous l'avez regardé, disons, sur un DVD sur un petit téléviseur ? Complètement inutile, n'est-ce pas ? Tandis que Avatar a peut-être 'changé le jeu' (lire: a lancé la tendance 'Let's 3D-ify all we release that cost more than m!' Tendance qui fait actuellement vibrer Hollywood), il l'a fait d'une manière qui est ... eh bien, les résultats sont discutables, n'est-ce pas ?

D'une part, des films comme Un moi méprisable ou alors Toy Story 3 était magnifique dans ce format. D'autres films, comme celui de M. Night Shyamalan Le dernier maître de l'air , ont été rendus encore pires qu'ils ne le sont déjà. Encore d'autres films - des films comme Sanctuaire , pour être précis - semblent avoir été réalisés avec beaucoup de réflexion sur ce à quoi ressemblerait le film sur un grand écran 3D … mais pas grand-chose d'autre. Enlevez la 3D de ces films, et vous vous retrouvez avec quelque chose qui vaut à peine la peine d'être regardé. Si j'avais vu Sanctuaire en 3D à, disons, l'Alamo Drafthouse, je parie que j'aurais été impressionné par la technologie exposée. Je serais sorti de là en disant - un peu comme je l'ai fait après Avatar - que le film était 'meh', mais, putain, il avait l'air bien. De retour à la maison, cependant, je suis obligé d'apprécier la version plate et vide du film de Grierson. Et je ne creuse pas à plat et vide. Donc non, Sanctuaire , vous n'obtenez pas une bonne critique.

Je viens de passer les dernières minutes à essayer d'imaginer un spectateur qui pourrait vraiment, vraiment aimer Sanctuaire , mais j'arrive vide ici. Le seul fan possible que je puisse imaginer est celui qui serait excité par la cinématographie impressionnante du film ou des effets 3D élaborés. Ce fan ne sera pas ému par la version non 3D du film à moins qu'il ne soit vraiment, vraiment bouleversé par la cinématographie. Si cela ressemble à vous, par tous les moyens, procurez-vous une copie de Sanctuaire . Pour le reste d'entre vous, je vous suggère fortement d'économiser vos 2 heures.

dans quel ordre regarder des films x-men

Le Blu-ray est livré avec une multitude de scènes supprimées (bo-ring), une chose dans les coulisses racontant la «vraie histoire» de Sanctuaire (zzzz), un commentaire avec quelques membres de la distribution et le réalisateur (qui a quelques moments intéressants relatant les détails techniques du tournage, mais pas assez pour que je recommande a) la location du film ou b) le visionnage du film avec le commentaire), et quelques autres featurettes en coulisses que vous pourriez regarder une fois, oublier et ne plus jamais regarder. La qualité vidéo est - comme c'est le cas avec tous les Blu-ray Universal - incroyable, tout comme l'audio... mais (comme je l'ai dit un million de fois auparavant) une pièce ennuyeuse enveloppée dans un beau satin est toujours une pièce ennuyeuse .

Ne vous embêtez pas, les gens. C'est la ligne du bas.

Ma classe? RÉ-