La fin de la mort d'un cerf sacré expliquée: le destin, euh, trouve un moyen

La comédie d'horreur / noir tout à fait sauvage de Yorgos Lanthimos est maintenant en streaming sur Netflix.

Attention: si ce n'était pas évident, nous gâchons la mort d'un cerf sacré ci-dessous.

À certains égards, Le meurtre d'un cerf sacré est Yorgos Lanthimos `` Le récit le plus direct et explicitement déclaré pris à sa fin la plus directe et explicitement claire à ce jour. Martin ( Barry Keoghan ) dit au Dr Steven Murphy ( Colin Farrell ) que, à la lumière de la chirurgie de Steven bâclée du père de Martin qui a entraîné sa mort, la famille de Steven ( Nicole Kidman , Raffey Cassidy , Sunny Suljic ) mourra d'une maladie mystérieuse avec des symptômes mystérieux, à moins que Steven lui-même n'en choisisse une à tuer. La famille commence à ressentir tous ces symptômes (paralysie, manque d'appétit, saignement des yeux), peu importe ce que fait Steven. Ainsi, Steven tourne en cercle avec un chapeau sur les yeux et tire au hasard et tue son fils Bob (Suljic). Dans la scène finale, nous voyons la famille Murphy moins Bob dans un restaurant. Martin entre. Les regarde sans leur plus jeune. Et, satisfait, quitte le dîner et les laisse tranquille.



Cela a tout à fait du sens, non? Euh...

Image via A24

Oui, du point de vue de la narration complète, Lanthimos et co-scénariste Efthymis Filippou Le scénario du scénario fait dire à ses personnages exactement ce qui va se passer, puis le laisse se produire. Et heureusement, le film ne s'intéresse pas aux mécanismes de la façon dont Martin peut mystiquement vouloir que cette pauvre famille subisse ces horreurs - alors que le film s'accélère alors que Steven tente d'arrêter les actions de Martin, en recourant même aux enlèvements et à la torture, il y a jamais un complot pour découvrir le «comment» de ses actions. Pas de grande conspiration, pas d'examen du passé de Martin, pas de révélation de superpuissances mythologiques. Le moment le plus proche où nous arrivons à ce genre de travail de détective explicatif vient de l'épouse de Steven, Anna (Kidman), découverte par le partenaire de Steven, Matthew ( Bill Camp ) que Steven était probablement ivre pendant la chirurgie du père de Martin - révélant non pas la source des `` pouvoirs '' de Martin, mais une autre `` raison '' pour laquelle Steven mérite d'être puni.

Mais: il reste encore beaucoup à discuter Cerf sacré la fin, en dehors du «comment» non pertinent de l'emprise de Martin sur la famille Murphy. À savoir, «pourquoi? Une question que tout le monde dans la famille Murphy semble vouloir poser et accepter - de l'examen par Anna des péchés passés de Steven à la volonté totale des enfants de prendre ce qui se passe pour argent comptant. La personne qui met le plus de temps à poser la question et à accepter sa réponse? Steven. Et cela pourrait bien expliquer son destin.

«Destin» n'est pas un mot que je choisis à la légère. Le meurtre d'un cerf sacré est directement concerné par le destin, avec la punition cosmique de l'orgueil humain, avec notre soi-disant libre arbitre s'effondrant sous les banalités cruelles insouciantes de l'univers. En explorant ces thèmes, le film m'a beaucoup rappelé une mise à jour moderne sur une tragédie grecque. Et tu ne le saurais pas, Cerf sacré est inspiré par une tragédie grecque antique : Euripide ' Iphigénie à Aulis (interpellé directement par Lanthimos et Filippou, en révélant que Kim de Cassidy a écrit un essai sur Iphigénie pour sa classe de lycée). Dans la pièce, qui fait partie d'une trilogie écrite par Euripide au cours de ses dernières années sur terre, Agamemnon se demande s'il faut ou non sacrifier sa fille Iphigénie à la déesse Artémis, qui arrête délibérément les vents appropriés pour que la flotte d'Agamemnon réussisse son invasion de Troie. Le péché fatal d'Agamemnon, son défaut tragique, si vous voulez? Vanité - après la première vague de batailles contre Troy, il se vantait d'être un combattant aussi habile qu'Artemis elle-même. Comme vous pouvez l'imaginer, Artemis n'aimait pas trop cela, exigeant le sacrifice de sang pour ramener Agamemnon sur terre. Après un débat furieux entre sa famille et ses collègues généraux, Agamemnon décide de subir le sacrifice, estimant que des Grecs en colère désireux de remporter la victoire tueraient toute sa famille s'il ne le faisait pas.

Image via A24

Dans certains manuscrits et traductions de la pièce, bien qu'il soit question de savoir si cela fait partie des textes originaux d'Euripide, Agamemnon décide étonnamment de tirer un dernier tour sur ce plan, en remplaçant sa fille Iphigénie par - vous l'avez deviné - un cerf sacré. .

Appliquer cette histoire ancienne au travail de Lanthimos semble être une traduction 1: 1 suffisante pour commencer. Steven est Agamemnon. Son péché d'orgueil se traduit par la boisson imprudente de Steven et ses démonstrations de richesse. Martin est à la fois Artemis désirant le sacrifice de restauration de l'équilibre et la menace que les Grecs tuent la famille de Steven s'il ne le fait pas. Mais Lanthimos et Filippou ne sont pas simplement intéressés par l'adaptation de ce mythe grec. En fait: ils sont intéressés à le corriger.

Il n'y a pas d'interrupteur pour un cerf sacré dans les derniers instants de Cerf sacré . Pas de trucs, pas de fougue. Après avoir passé près de deux heures à se débattre sur la façon de mieux maîtriser la main inébranlable du destin, comment rendre inégale la force toujours égalisatrice du châtiment universel, comment ignorer les voix de la `` raison '' autour de lui (c'est-à-dire que sa fille tombe amoureuse de Martin et suppliant d'être celui qui a été sacrifié, sa femme laissant Martin s'échapper de leur sous-sol de torture impromptue), Steven cède à un destin aussi pur que possible. À savoir, il met un putain de chapeau et tourne en cercle pour décider qui il va tuer. C'est à peu près aussi aléatoire, aussi dénué de sens, que d'admettre la soumission à des contrôleurs indépendants de notre volonté. Artemis gagne.

À plusieurs moments du film, la famille de Steven tente de réaffirmer Steven en tant qu'homme en charge, plutôt que Martin, pour essayer de basculer vers une autre méthode pour échapper au destin. Anna souligne «logiquement» que tuer l'un des enfants est un meilleur choix car ils peuvent en avoir un autre. Bob coupe ses propres cheveux, apaisant les grognements du début du film de Steven selon lesquels ses cheveux sont trop longs. Même face à un Dieu qui ne clignote pas des yeux, nous, les humains, rechercherons toute source de soulagement terrestre en nous disant qu'il est normal de cligner des yeux. Du premier coup au dernier, Lanthimos ' Tuer un cerf sacré est là pour nous rappeler que l'univers viendra se recueillir, et ses yeux sont toujours grands ouverts.

Image via A24