Critique «Le gangster, le flic, le diable»: Ma Dong-seok vole la vedette (encore) | Fantaisie 2019

Un thriller coréen de poids moyen est boosté par une autre performance de poids lourd de Ma Dong-seok.

combien de saisons de flèche va-t-il y avoir

Ma Dong-seok , alias Don Lee , est sur le point de devenir la prochaine grande percée internationale d'Hollywood. Il est déjà l'un des acteurs les plus populaires de Corée du Sud avec une véritable cache de cinéphiles dans le monde entier grâce à des rôles remarquables dans des succès coréens comme Le bon, le mauvais et le bizarre et Train pour Busan , mais avec un rôle MCU dans Les éternels à l'horizon, il est sur la bonne voie pour toucher un public plus large que jamais. Et puis il y a Le gangster, le flic, le diable .

La société de production de Sylvester Stallone a déjà ramassé le thriller sud-coréen 2019 pour un remake en anglais, qui verra l'acteur reprendre son rôle principal de seigneur du crime qui fait équipe avec un flic pour faire tomber un tueur en série. Ma joue le rôle de Jang Dong-soo, le gangster titulaire, qui trouve son règne criminel menacé lorsqu'il est attaqué au hasard par un tueur en série appelé Z ( Kim Sung-kyu ). Déterminé à prouver à nouveau son statut de meilleur chien de l'underground criminel, Jang fait équipe avec le seul flic de la ville qui croit qu'il y a un tueur en série en liberté, un jeune officier ambitieux et colérique nommé Tae-suk ( Kim Moon-yul ).



Image via Well Go USA

Dirigé par Lee Won-Tae ( Le magicien ), Le gangster, le flic, le diable est un film élégant et beau, laissant derrière lui les paysages urbains ternes et gris qui dominent trop de thrillers modernes au profit d'un Néon Noir via la riche tradition des thrillers coréens. Poussée par le succès mondial de visionnaires contemporains comme Park Chan-wook, Kim Jee-woon et Bong Joon-ho, la Corée du Sud est devenue le berceau de ce qui est presque universellement reconnu comme les meilleurs thrillers du 21e siècle. Qui met Le gangster, le flic, le diable sur le terrain avec une concurrence impossible, et bien qu'il ne fasse pas partie des premiers rangs de ses pairs, c'est toujours une aventure à sensations fortes et captivante avec des fioritures d'images astucieuses et parfois dérangeantes. Dans un premier temps fort, nous rencontrons Jang à travers un acte de violence concis et informatif qui vous permet immédiatement de savoir qui est ce gars, pourquoi vous devriez avoir peur de lui et pourquoi vous pourriez l'aimer de toute façon.

En effet, Ma est le tirage principal ici et, à son tour, son personnage est le plus nuancé et intrigant du groupe. Jang est un roi calme et confiant de la pègre, tous les costumes pointus et l'acidité imperturbable sans aucun scrupule avec son instinct de tueur, Jang est toujours à la tête des résultats; même quand il bat avec une pauvre âme avec ses grosses mitaines comme un Tomcat jouant avec sa tuerie. Il va aussi vite vous arracher les dents que vous serrer la main, mais il fait partie de ces anti-héros stoïques classiques avec un code; homme d'affaires et brute à parts égales. Ma est l'un des meilleurs géants doux du biz, doué pour opposer sa force imposante au charme tendre qui le rend si adorable dans des films comme Train pour Busan et le drame de bras de fer criminellement sous-estimé Champion , et tandis que Jang représente un tour plus dur et plus dur pour l'acteur, cette chaleur rayonnante se traduit toujours, même dans sa plus sourde.

Image via Well Go USA

Cela fait de lui un contraste idéal à la fois pour «le flic», Tae-suk, dont la moralité grise se cache du côté de la loi, et pour «le diable», alias Z, le tueur en série sans morale, sans contrat social, et une préférence pour les couteaux aux poings. Malheureusement, aucun des autres personnages du titre n'est aussi intéressant ou bien développé que Jang, bloquant le film là où certains de ses meilleurs moments devraient être. Équilibrer ce trifecta élèverait Le gangster, le flic, le diable , mais dans l'état actuel des choses, Z est un méchant archi, trop familier dont le personnage n'est jamais beaucoup plus profond que «effrayant» et ne mérite jamais tout à fait son surnom de titre de diable. Tae-suk s'en sort mieux, une sorte de jean et de flic renégat qui arrive à entrer dans le film sur un riff de guitare rock 'n' roll, et Kim a une chimie de jeu avec Ma, mais parce qu'il est présenté comme un homme assez brutal dans son De plein droit et jamais défini au-delà de son occupation, sa descente dans la pègre criminelle ne remue jamais tout à fait le nid de conflits de son frelon.

Cela fait de Ma la pièce maîtresse de l'attraction ici, et c'est certainement assez divertissant. Le gangster, le flic, le diable est un film qui pourrait pousser plus loin et creuser plus profondément, et il y a une meilleure version de celui-ci nichée dans le film final (j'espère que c'est quelque chose que le remake à venir pourra capitaliser s'il obtient les bons cinéastes.) Mais même sans cet ajustement, Lee livre un acteur de crime passionnant, renforcé par son œil pour animer la scène avec des touches de couleur, des scènes de combat brutales, une poursuite en voiture très solide et une autre performance impressionnante de Ma.

Notation: B-

Le gangster, le flic, le diable a fait ses débuts au Québec au Festival international du film Fantasia 2019.

Image via Well Go USA